Jeanne NATHAN. 2022. Toiles à propos de la peinture de Patricia Roussel. 

Des atolls à peine érigés
déja couverts de luxuriance
fourmillent d'oiseaux fleurs
colorés
de blessures ornementales. 

Les multiplications des
tatouages
les enfants d'avant le
formatage
les matriarches aux yeux
reptiliens
appellent et affrontent les
liens. 

Dans le jaillissement affolé
des bûchers.
moissons de cellules
cancers ou adventices qui
hurlent
soudain la beauté cuivrée.

Et toujours l'élégance des
formes
le calme et la pureté
déductive
la clameur des couleurs
et le crissement du miroir.

Protectrice des carrefours
cette femme fluette se tient
danse sur le flot, règle les
écluses
découpe les cadres
et rythme les jardins
suspendus. 

                                         
                                                                           

 Régis DEBRAY . 2017

" Je ne sais pas si la peinture est destinée à "se relier aux autres", mais la votre a frappé l'aveugle que je suis ou crains d'être."  



Robert BONACCORSI. 2016

"Persévérer, s'affirmer, tout s'est joué pour Patricia Roussel dans une translation complexe, qui va la conduire, sans pour autant renoncer à la figure, à déconstruire, donc à reconfigurer les modalités matérielles de la représentation. De l'atelier vers le monde, dans un processus non de pure et simple communication mais de transmission. Un travail en miroir, un reflet actif par les moyens de la peinture, de façon sensible et concrète. Matière et sujet sont mis désormais en pratique. Patricia Roussel aborde la féminité sous les angles de la maternité, des tâches domestiques, de la sexualité... D'un quotidien qui pense, exprime, contient l'universel." ( Directeur du Centre d'art Villa Tamaris - La Seyne sur mer ).



Philippe MENGUE. 2011

"...Les oeuvres de Patricia Roussel, on les entend ou écoute autant qu'on les regarde. Ce sont des oeuvres qui impliquent en elles et à titre d'oeuvres à part entière, le discours qu'on tiend sur elles. Elles forment un bloc qui conjoint la forme matérielle et le discours sur elles, le voir et le récit entendu sur ce que l'on voit. Le texte, le manifeste, la parole de l'artiste... n'est plus un simple accompagnement possible, présent ou non. Il est constitutif, l'oeuvre incluant en elle la réflexion d'elle même sur elle même.( Philosophe).



Vincent BIOULES. 2003

" Vous avez un univers, un monde à vous. Et vous ne le perdrez pas. Raison de plus pour s'aventurer dans l'inconnu.
C'est la grande chance des peintres que de pouvoir se quitter, sans pour autant se perdre.
Vos derniers tableaux sont pleins justement de cette promesse d'aventure qui va donner un nouveau sens à votre vie. N'ayez pa peur. A partir d'un certain âge, les peintres vivent mieux puisque leur art est fait d'expériences.
On peut se contenter d'être ressemblant ou de partir à la découverte de l'inconnu que nous abritons en nous même.
C'est me semble-t-il, ce que vous avez choisi de faire, un peu à votre corps défendant pour le moment.... alors n'hésitez pas !".




Léonardo CREMONINI. 

"J'ai trouvé dans votre travail une véritable conviction et une intensité d'apparition qui me font croire en des qualités authentiques". ( avril 1990 ).

"Je trouve dans votre travail une conviction et un érotisme que je trouve très intéressant, même si l'emploi que vous faites de la déformation me parait souvent arbitraire puisque je n'arrive pas à le renvoyer toujours à la volupté, ni à son contraire...........Je crois de toute façon à votre authenticité. Essayez de développer la lumière dans votre sensibilité, c'est à dire dans votre rapport individuel au désir.
Avec mes meilleurs sentiments ".  ( juin 1995 ).